PPRE PAP PPS PAI

PPRE, PAP, PPS, PAI…. quel dispositif d’aide à l’école pour mon enfant ?

Pour favoriser la scolarisation des enfants à besoins éducatifs spéciaux, l’éducation nationale a instauré plusieurs dispositifs dont la mise en œuvre dépend d’un certain nombre de critères. Il n’est pas toujours facile de se repérer dans la jungle des PPRE, PAP, PPS, PAI. Voici donc un article synthétisant leur usage.

Si votre enfant présente des difficultés scolaires n’ayant pas fait l’objet d’un diagnostic: le PPRE

– Qu’est-ce que le PPRE ?

Le PPRE est le « programme personnalisé de réussite éducative ». Il est mis en place spontanément par l’enseignant dans le cadre de difficultés scolaires, et s’avère indispensable en cas de redoublement de l’enfant. 

– Ce qu’il permet :

C’est un outil précieux visant la différenciation pédagogique.

Sur la base d’évaluations pointant les besoins de l’enfant, le PPRE vise des actions ciblées, essentiellement dans le cadre de la classe, sur des compétences fragiles ou non acquises. On pourra, par exemple, le mettre en place si l’enfant ne maîtrise pas le décodage en lecture à l’issue du CP.

Bien sûr, le RASED (réseau d’aide et de soutien aux élèves en difficulté) peut contribuer aux actions du PPRE.

– Quelles démarches effectuer ?

Aucune. Il s’agit d’une démarche de l’équipe pédagogique. Les actions du PPRE sont en principe discutées avec vous, et l’enfant est informé de ce qui va être mis en œuvre pour l’aider.

Si vous n’êtes pas au courant d’un tel dispositif pour votre enfant, n’hésitez pas à en parler à l’enseignant.

– Combien de temps dure-t-il ?  

Le PPRE a une durée de quelques semaines… souvent une période scolaire entre deux vacances ou un trimestre, puis fait l’objet d’une réévaluation et de réajustements si nécessaire.

– Un exemple de PPRE

C’est un document qui date de quelques années mais qui donne une bonne idée de ce qu’est un PPRE

Parce que j’ai trouvé cela génial, voici aussi un PPRE vierge de l’académie de Grenoble pour les enfants à haut potentiel

Si votre enfant présente un trouble des apprentissages diagnostiqué, mais ne faisant pas l’objet d’un dossier MDPH: le PAP

– Qu’est-ce que le PAP ?

Le PAP est le projet d’accompagnement personnalisé. Il s’adresse aux élèves ayant des troubles des apprentissages. Ce dispositif est interne à l’établissement.

– Ce qu’il permet :

Le PAP vise la mise en place d’adaptations pédagogiques (aides matérielles légères, aménagement du temps d’évaluation ou de la forme, allégement du travail à la maison, diminution du nombre d’exercices en classe, placement dans la classe, etc…). Le PAP contractualise également les suivis extérieurs sur le temps scolaire.

– Quelles démarches effectuer ?

Au vu des bilans déjà réalisés (orthophoniques, neuropsychologiques, psychomoteurs, ergothérapiques, …) le médecin scolaire évalue la pertinence d’un tel dispositif. Il faut donc se rapprocher du médecin scolaire pour sa mise en place. Vous obtiendrez ses coordonnées auprès du directeur de l’établissement scolaire ou de l’inspection académique dont l’école dépend. Le directeur peut se charger de la mise en place de ce projet en sollicitant directement le médecin scolaire.

Le PAP peut être également proposé par l’équipe enseignante. L’accord de la famille est alors sollicité pour sa mise en œuvre.

Le PAP peut remplacer le PPRE lorsque le trouble est avéré.

– Combien de temps dure-t-il ?  

Idéalement, le PAP est reconduit chaque année après réévaluation des besoins. Peut-être aurez-vous besoin de le rappeler chaque année à l’enseignant ou au professeur principal.

– Un exemple de PAP

Le PAP se présente sous la forme d’un document élaboré conjointement avec les professionnels et les parents au cours d’une réunion appelée « réunion d’équipe éducative ».

Si votre enfant présente un trouble relevant de la MDPH : le PPS

– Qu’est-ce que le PPS ?

Le PPS est le « projet personnalisé de scolarisation ». Il est réservé pour les enfants relevant de la MDPH dans la mesure où leurs troubles relèvent d’un plan de compensation d’un handicap.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu  6 conseils pour en finir avec le stress du matin

– Ce qu’il permet :

Comme le PAP, il met en œuvre les aménagements nécessaires, ainsi que les possibles suivis en dehors du temps scolaire. Il peut préciser les modalités de l’intervention d’un auxiliaire de vie scolaire (AVS) qui aura préalablement était notifiée par la MDPH. De même, le PPS peut préciser l’inclusion en milieu ordinaire de l’enfant partageant son temps entre une ULIS, un IME ou tout autre établissement médico-social. Le PPS permet également l’attribution de matériels pédagogiques adaptés.

– Quelles démarches effectuer ?

Il faut d’abord avoir constitué un dossier MDPH et demander un plan de compensation du handicap. Cela peut se faire avec l’école par l’intermédiaire de l’enseignant référent dépendant de l’établissement. C’est le directeur de l’école qui se chargera de la mise en lien au sein d’une première réunion qui s’appelle une « réunion d’équipe éducative ». Cette dernière finalisera la demande, selon les besoins de l’enfant, autour d’un document appelé « Geva-sco première demande ».

Selon la réponse de la MDPH, le PPS pourra être formalisé.

– Combien de temps dure-t-il ?

Le PPS s’élabore pour un cycle complet quand bien même il peut être réévalué à tout moment si nécessaire, ainsi qu’à chaque changement de cycle.

Une fois validé par la MDPH, le PPS est suivi annuellement au sein d’une réunion intitulée ESS (Équipe de suivi de la scolarisation). L’ESS rassemble l’enseignant référent, l’enseignant de l’élève, les parents et tous les professionnels extérieurs concernés par l’enfant. Les équipes pédagogiques sont tenues de l’appliquer dans la mesure où l’enfant relève de la loi de 2005 sur le handicap et l’égalité des chances. Les comptes rendus annuels s’effectuent sous forme de GEVASCO.

– Un exemple de PPS

Voici un exemple de PPS vierge

Votre enfant est atteint d’un trouble de santé : le PAI

– Qu’est-ce que le PAI ?

Il s’agit du « plan d’accueil individualisé ». Il peut concerner votre enfant s’il est atteint de maladie (allergies, maladie chronique, épilepsie, etc…).

– Ce qu’il permet :

Le PAI permet à l’enfant de bénéficier dans son établissement de traitements médicaux ou d’un régime particulier. Il précise les gestes à effectuer en cas d’urgence (le protocole d’urgence). Le PAP peut aussi prévoir l’aménagement de la scolarité en termes d’activités ou de rythme.

Il peut également permettre la mise en place d’un suivi de scolarisation si l’enfant devait être hospitalisé ou maintenu à domicile.

– Quelles démarches effectuer ?

C’est à la famille de demander le PAI.

C’est le médecin de l’éducation nationale qui est chargé de la mise en place du PAI. Il est en lien avec le directeur de l’école, sur la base de l’ordonnance qui aura été réalisée par le médecin suivant l’enfant dans le cadre de son problème de santé. Le document est élaboré par le médecin scolaire, signé par les parents et le directeur, ainsi que par toute personne s’engageant à l’appliquer (l’infirmière scolaire par exemple). Attention, il ne peut être demandé des gestes médicaux à des non soignants.

– Un exemple de PAI

Voici un exemple de PAI pour l’asthme

Quoiqu’on en dise, même s’il y aurait encore beaucoup à redire sur l’accompagnement des enfants à besoins spécifiques, il est bien loin le temps où l’école laissait les enfants sur le bord de la route. Certes, l’accompagnement de nos enfants est perfectible, mais depuis une quinzaine d’années, l’Ecole déploie beaucoup d’énergie pour mener l’enfant sur la voie de l’égalité des chances.

C’est grâce à vous tous (parents, enseignants, professionnels de santé) que nous y arriverons, pas à pas! N’hésitez pas à laisser vos témoignages positifs ou négatifs en commentaires ci- dessous.

Partager l'article
  •  
  •  
  • 7
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    7
    Partages
  • 7
    Partages

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *