Les devoirs...

POURQUOI VOTRE ENFANT NE DEVRAIT JAMAIS BAISSER LA TETE LORSQU’IL FAIT SES DEVOIRS ?

Ah … les devoirs… Comment amener l’enfant à être attentif et à mémoriser efficacement au cours de ses devoirs? C’est là tout l’enjeu de cette activité qui, il faut bien le reconnaître, est bien souvent source de stress et de tension…

Je ne sais pas pour vous, mais moi, ce qui m’insupporte le plus, c’est lorsque mon fils doit apprendre une leçon et qu’une fraction de seconde plus tard il me tend son cahier, victorieux, en me disant « C’est bon, je sais ! ». Evidemment, les performances de rétention d’informations sont pour le moins limitées dans ces conditions…

 

De l’apprentissage passif…

Nombre d’enfants et d’adolescentes se contentent de lire leurs leçons. Il faut être honnête, cela est totalement … inefficace ! En lisant, nous ne retenons que 10% du contenu. C’est bien mince… En réalité, lire, c’est avant tout pour comprendre.

 

…A l’apprentissage actif

Le geste magique pour retenir une information, c’est l’évocation. Il est en effet nécessaire que l’apprentissage soit actif.

Toute connaissance doit d’abord passer de la perception de ce qui a été lu, vu ou entendu à l’évocation. Ainsi, l’apprenant doit s’approprier l’information en la revoyant, en se la redisant ou en la réentendant dans sa tête. Ainsi les évocations pourront être auditives, visuelles ou kinesthésiques.

Ces évocations doivent avoir un but, c’est-à-dire un projet de restituer ces connaissances dans un contexte précis que l’on aura défini au préalable.

 

Défocaliser

Jules Renard disait « J’aime lire comme une poule boit », c’est-à-dire en relevant fréquemment la tête. En effet, il est indispensable de pouvoir quitter la perception afin de reconstruire mentalement ses perceptions. Effectivement, en ce qui me concerne, si je lis un chapitre de manière continue , je ne retiens absolument rien … ou presque.

Mais, on a parfois l’impression que certains enfants ou adolescents sont distraits parce qu’ils ne regardent pas l’enseignant. Ce n’est pas toujours le cas, certains enfants étant parfois même déconcentrés par le fait de regarder l’enseignant.

 

Pause !

Ce qui est certain, c’est que l’enfant a besoin de temps et de silence pour évoquer. Ainsi, lire un texte d’un seul trait est absolument contre-productif. Tout comme écouter le discours fleuve d’un enseignant. Les pauses sont indispensables à l’évocation.

En PNL (programmation neuro-linguisitique), un signe ne trompe pas pour repérer si l’enfant est en train d’évoquer : ses yeux se promènent de haut en bas ou de gauche à droite. Attention, si l’enfant baisse la tête, c’est là qu’il n’est plus en recherche et qu’il faut l’aider à évoquer à nouveau.

Alors, vives les têtes en l’air !

N’hésitez pas à commenter cet article en faisant part des attitudes de votre enfant pendant son apprentissage.

Partager l'article
  •  
  •  
  • 26
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    26
    Partages
  • 26
    Partages

One comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *