Comment la confiance en soi peut-elle être un moteur dans la vie de votre enfant

Confiance en SoiLa confiance en soi se construit au cours de l’enfance et de l’adolescence. A l’âge adulte, elle se stabilise. Pour autant, un travail psychologique est toujours possible pour la renforcer.

Un mécanisme complexe d’évaluation

La confiance en soi se capitalise au gré  des expériences de l’enfant … et de ses réussites… C’est pourquoi les jeunes enfants montrent souvent de l’anxiété face aux expériences nouvelles. En effet, face à une situation, le cortex archaïque (dit émotionnel) s’active spontanément. Par l’intermédiaire des neurotransmetteurs, il sollicite le néocortex qui évaluera de manière plus fine la situation.

Tout d’abord, il évaluera l’éventuelle dangerosité de la situation. Sans informations suffisantes et raisonnées sur la situation, des scénarios catastrophes intérieurs risquent de se mettre en place et de biaiser l’évaluation. C’est pourquoi les enfants ont besoin d’être informés.

Par ailleurs, l’enfant ira chercher en mémoire à long terme s’il est capable d’affronter ce type de situation.

Il faut savoir que tous les éléments vécus dans la vie sont encodés en mémoire de travail avec leur charge émotionnelle. Plus celle-ci est intense, plus la trace mnésique est prégnante.

Un mécanisme adaptatif

L’enfant ira chercher en mémoire les méthodes déjà expérimentées pour faire face.

En mettant en lien les données perçues de la situation, son évaluation et les expériences antérieures, l’enfant choisira la stratégie la plus adaptée.

C’est à ce moment là que la confiance en soi opère. En effet, la confiance en soi est une forme d’optimisme qui amènera l’enfant à choisir l’une de ces stratégies pour faire face. La confiance en soi permet d’apaiser l’anxiété générée par les situations nouvelles.

Un mécanisme qui s’entretient

C’est ainsi que chaque expérience positive vécue par l’enfant capitalise la précieuse confiance en soi.

Pour autant, cette dernière n’est pas pour autant définitive et fixée. Elle peut être altérée par les expériences  négatives de vie et un environnement social et physique défavorables.

Les déterminismes négatifs de la confiance en soi

Pour se construire, la confiance en soi s’appuie sur la connaissance de soi. Or, dans les toutes premières années, l’enfant construit son image dans le regard de l’Autre. Si celui-ci est défavorable ou le climat familial peu chaleureux, l’image de soi sera altérée.

La confiance en soi s’appuie également dans la confiance de l’enfant en l’adulte. Si les figures éducatives montrent elles-mêmes un manque de confiance en soi, l’enfant ne peut se sécuriser. Une trop forte anxiété parentale peut également nuire à la confiance en soi par une tendance excessive à la surprotection.

Autonomie…

Retenez que la confiance en soi se construit au fil des expériences de l’enfant. Un enfant trop couvé ne pourra vivre des situations essentielles à son développement et à sa vie d’adulte, ne pourra donc pas les stocker en mémoire à  long terme, ni prendre conscience de sa capacité à pouvoir les surmonter.

Pour avancer dans la vie, il faut se dépasser et savoir prendre des risques mesurés. L’enfant doit aussi apprendre que l’échec fait partie de la vie et que l’on avance beaucoup par essai/erreur… Mais ça, c’est une autre histoire….

Un très bon livre pour aller plus loin:

Recevez gratuitement le “Guide de survie lorsque votre enfant rechigne à faire ses devoirs”


 
Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

One comment

  1. Votre article est très intéressant et très instructif !!! C’est un très beau recadrage et c’est très vrai !! La construction de l’enfant doit tourner autour de la confiance c’est essentiel pour son développement personnel

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *