7 ERREURS A NE PAS COMMETTRE FACE A LA COLERE D’UN ENFANT

  1. Chercher à réprimer la colère ou à faire taire l’enfant

La colère, comme toute émotion, est adaptative. Elle a pour fonction de mettre en évidence un besoin non satisfait.

Il faut légitimer l’émotion par des mots, sans en faire trop non plus. Vous pouvez dire par exemple : « Je vois que tu es en colère, moi aussi je ressentirais de la colère de ne pas réussir à faire tenir cette tour ».

La colère pose surtout problème lorsqu’elle est intense et pour le comportement inadapté qu’elle génère souvent.

 

  1. S’énerver à son tour

Si vous vous énervez à votre tour, le risque d’escalade est majeur (la colère est l’une des émotions les plus contagieuses, avec la peur)

La colère doit toujours être accompagnée par des mots. Essayez de prendre du recul, il faudra peut-être vous éloigner pour apaiser votre propre colère. Si vous débordez vous-même, revenez sur l’évènement et reconnaissez que vous n’êtes pas parfait non plus.

Il est inutile de chercher à  faire plier votre enfant en pleine colère. Evitez de rentrer dans un rapport de force. Il est fort probable que votre enfant fasse ce que vous lui demandez sitôt sa colère passée.

 

  1. Penser qu’il souffre systématiquement

Votre enfant se met en colère le plus souvent parce qu’il est frustré. Soyez avant tout  attentifs à la satisfaction de ses besoins élémentaires : boire, manger, dormir, sécurité … mais aussi besoin de se dépenser, besoin de calme, … La fatigue est souvent à l’origine des plus grosses colères. Nous aussi avons tendance à être moins patients lorsque nous sommes fatigués … mais pour autant, il nous est impossible de vivre un monde sans frustration.

 

  1. Aménager le quotidien pour éviter chez lui toute frustration.

Les interdits et les limites sont les seuls moyens d’accéder au principe de réalité.

Ressentir de la frustration est normal et est le propre de la vie.

 

  1. Lui dire que se mettre en colère c’est normal.

La colère est un phénomène adaptatif depuis le début de l’humanité, il est normal de se défendre contre une agression. Mais il ne faut pas la valoriser non plus !

Votre enfant doit apprendre que la colère doit être proportionnée à la situation qui l’a déclenchée.

 

  1. Le culpabiliser

Certains enfants sont plus colériques que d’autres.

Vous devez accepter qu’il soit comme il est, à ce moment de son développement. Il faut donc qu’il apprenne à gérer sa colère, à la moduler. Il faut lui expliquer que c’est surmontable.

Il faut éviter de lui coller l’étiquette de colérique. Tout cela n’est pas forcément figé. Au contraire !  C’est une période tout à fait normale. En règle générale, à partir du primaire, l’enfant parvient bien mieux à gérer son émotion.

 

  1. Etre rancunier

L’enfant oublie vite. Par contre, l’adulte peine davantage à faire retomber ses émotions et reste souvent dans la rumination.

Ne restez pas sur l’évènement après l’échec. Favorisez une relation positive et valorisez ce qui va bien.

Partager l'article
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage
  • 1
    Partage

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *